Qu'est-ce que l'abandon de poste dans la fonction publique ?

Mise à jour le 06.02.2012 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Il y a abandon de poste lorsqu’un fonctionnaire (stagiaire ou titulaire) ou un agent non titulaire s’absente de son poste de travail sans autorisation préalable (congé annuel, autorisation d’absence) et sans fournir de justificatif d’absence (arrêt de travail établi par un médecin).

L’absence doit être totale et prolongée.

Ne constituent pas un abandon de poste :

  • un retard, même de plusieurs heures,

  • une absence injustifiée en cours de journée, même de plusieurs heures,

  • une journée d’absence injustifiée précédée et suivie de journées de travail,

  • la répétition fréquente de telles absences.

En revanche, ces agissements peuvent justifier une sanction disciplinaire.

L’agent qui abandonne son poste est considéré comme rompant volontairement le lien qui l’unit au service.

L’administration qui constate l’absence injustifiée et prolongée d’un agent doit lui adresser par courrier recommandé avec accusé de réception une mise en demeure de reprendre son poste de travail à une date précise appropriée aux délais de retrait des courriers recommandés.

Ce courrier de mise en demeure doit préciser le risque encouru par l'agent s’il ne rejoint pas son poste de travail et ne fournit aucun justificatif d'absence.

Si l’agent ne répond pas à la mise en demeure, l’administration peut :

  • le radier des effectifs, s'il s'agit d'un agent non titulaire,

  • le radier des cadres, s'il s'agit d'un fonctionnaire.

L'abandon de poste étant considéré comme une rupture volontaire du lien de travail, il n'ouvre pas droit aux allocations chômage.