Contrat de travail du salarié à temps partiel dans le secteur privé

Mise à jour le 09.01.2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Le salarié à temps partiel conclut un contrat de travail avec son employeur. La loi impose la mention de certains éléments.

Type de contrat

Le contrat de travail d'un salarié à temps partiel peut être conclu pour une durée indéterminée ou déterminée.

Il doit être établi par écrit. Tout avenant au contrat doit également faire l'objet d'un écrit. En l'absence d'écrit, le contrat est présumé être à temps plein.

Mentions du contrat

Le contrat de travail doit préciser toutes les mentions suivantes :

  • qualification du salarié,

  • éléments de la rémunération,

  • durée de travail hebdomadaire ou mensuelle prévue,

  • répartition de la durée du travail entre les jours de la semaine ou les semaines du mois (sauf pour les salariés des associations et entreprises d'aide à domicile, et pour les salariés dont la durée de travail est répartie sur une période supérieure à la semaine et au plus égale à l'année),

  • limites de l'utilisation des heures complémentaires,

  • modalités de communication par écrit au salarié des horaires de travail pour chaque journée travaillée,

  • cas dans lesquels la répartition de la durée du travail peut être modifiée et nature de cette modification.

Durée de travail (avant le 1er juillet 2014)

Aucune durée minimale de travail n'est imposée, sauf si des dispositions conventionnelles en prévoit une.

Durée de travail (à partir du 1er juillet 2014)

Principe

À partir du 1er juillet 2014, la durée minimale d'un contrat de travail à temps partiel est fixée à :

  • 24 heures par semaine,

  • ou une durée mensuelle équivalente,

  • ou une durée équivalente en cas de répartition de la durée du travail sur une période supérieure à la semaine et au plus égale à l'année.

Pour les contrats signés avant le 1er juillet 2014, le salarié peut demander à bénéficier de la durée minimale de 24 heures par semaine (ou une durée équivalente). Jusqu'au 31 décembre 2015, l'employeur peut refuser cette demande dans les cas suivants :

  • une convention ou un accord de branche prévoit une dérogation à cette durée minimale,

  • l'employeur justifie de l'impossibilité de faire droit à la demande du salarié compte tenu de l'activité économique de l'entreprise.

Dérogation à la demande du salarié

Le salarié peut demander à travailler moins de 24 heures hebdomadaires (ou que la durée équivalente), dans l'un des cas suivants :

  • soit pour lui permettre de faire face à des contraintes personnelles,

  • soit pour lui permettre de cumuler plusieurs activités, afin d'atteindre une durée globale d'activité correspondant à un temps plein ou au moins égale à 24 heures par semaine (ou durée équivalente).

Les horaires de travail du salarié doivent être regroupés sur des journées ou des demi-journées régulières ou complètes.

La demande du salarié doit être écrite et motivée.

Dérogation prévue par convention ou par accord de branche étendu

Une durée de travail inférieure à 24 heures par semaine (ou une durée équivalente) peut être fixée par une convention ou un accord de branche étendu, à condition qu'elle prévoit obligatoirement les garanties suivantes :

  • la mise en œuvre d'horaires réguliers (les horaires de travail du salarié doivent être regroupés sur des journées ou des demi-journées régulières ou complètes),

  • permettre au salarié de cumuler plusieurs activités, afin d'atteindre une durée globale d'activité correspondant à un temps plein ou au moins égale à 24 heures par semaine (ou durée équivalente).

Dérogation spécifique pour les étudiants

Tout salarié âgé de moins de 26 ans, qui poursuit ses études, a le droit de bénéficier d'une durée de travail inférieure à 24 heures par semaine (ou une durée équivalente). Il n'est pas obligatoire, dans son cas, de regrouper ses horaires de travail sur des journées ou des demi-journées régulières ou complètes. La répartition des horaires doit être compatible avec ses études.

Dérogation spécifiques à certains publics

Le salarié n'est pas tenu de travailler au moins 24 heures par semaine (ou une durée équivalente) dans les cas suivants :

  • il est embauché par un particulier employeur,

  • il travaille dans une entreprise temporaire d'insertion ou dans une association intermédiaire, et son parcours d'insertion justifie qu'il travaille moins de 24 heures par semaine (ou une durée équivalente).

Répartition des heures de travail

L'horaire de travail ne doit pas comporter, au cours d'une même journée, plus d'une interruption d'activité, de 2 heures maximum. Toutefois, une convention ou un accord collectif peut déroger à ce principe, à condition de définir les éléments suivants :

  • les amplitudes horaires pendant lesquelles les salariés doivent exercer leur activité,

  • leur répartition dans la journée de travail, moyennant des contreparties spécifiques et en tenant compte des exigences propres à l'activité exercée.

Modification du contrat

Principe

Les règles habituelles concernant la modification du contrat de travail sont applicables au salarié à temps partiel. Ainsi, par exemple, l'employeur ne peut pas modifier la durée de travail du salarié sans son accord.

Cependant, des spécificités sont prévues dans les cas suivants :

  • modification de la répartition de la durée de travail,

  • accomplissement régulier d'heures complémentaires.

Modification de la répartition de la durée de travail

L'employeur peut modifier la répartition de la durée du travail, dans les conditions prévues par le contrat. Dans ce cas, le refus du salarié peut être considéré comme une faute ou un motif de licenciement, sauf s'il est justifié par l'une des raisons suivantes :

  • ce changement n'est pas compatible avec des obligations familiales impérieuses ou le suivi d'un enseignement scolaire ou supérieur,

  • la modification n'est pas compatible avec une période d'activité fixée chez un autre employeur ou avec une activité professionnelle non salariée.

L'employeur respecte un préavis de 7 jours, pouvant être réduit à 3 jours ouvrés minimum si une convention ou un accord le prévoit.

L'employeur peut demander au salarié de changer la répartition de sa durée du travail, même si le contrat de travail n'en a pas prévu les conditions. Dans ce cas, le salarié peut refuser la proposition. Son refus ne peut constituer une faute ou un motif de licenciement.

Heures complémentaires régulières

Sauf opposition du salarié, le contrat de travail est modifié dès lors que l'horaire moyen prévu au contrat est dépassé d'au moins 2 heures par semaine (ou de l'équivalent mensuel de cette durée). Ce dépassement doit être constaté durant 12 semaines consécutives ou pendant 12 semaines au cours d'une période de 15 semaines.

La modification est apportée au contrat sous réserve d'un préavis de 7 jours.

Où s'adresser ?

    • 3939 Allô Service Public Pour toute information complémentaire

      Par téléphone : 3939 (coût : 0,06 EUR la minute en moyenne)
      Du lundi au vendredi de 8h30 à 19h.
      Répond aux demandes de renseignement administratif concernant les droits et démarches.
      +33 (0) 1 73 60 39 39 depuis l'étranger ou hors métropole (0,06 EUR la minute en moyenne + coût de l'appel international variable selon les pays).

  • Votre direction des ressources humaines (DRH) Pour toute information complémentaire

  • Vos représentants du personnel Pour toute information complémentaire

Références