Nationalité française : enfant recueilli

Mise à jour le 10.01.2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Un enfant étranger peut acquérir la nationalité française lorsqu'il a été confié au service de l'aide sociale à l'enfance ou lorsqu'il a été recueilli et élevé en France. Les conditions à remplir dépendent de la façon dont il est accueilli.

Conditions à remplir

Enfant confié au service de l'aide sociale à l'enfance

L'enfant confié au service de l'aide sociale à l'enfance (ASE) peut solliciter la nationalité française par déclaration s'il remplit les conditions suivantes :

  • il doit avoir été pris en charge depuis au moins 3 ans par l'ASE,

  • et il doit résider en France au moment de sa déclaration.

Enfant recueilli et élevé en France

Cet enfant peut réclamer la nationalité française par déclaration, à condition :

  • soit d'avoir été élevé par un Français depuis au moins 5 ans,

  • soit d'avoir été recueilli en France et élevé dans des conditions qui lui ont permis de recevoir, pendant au moins 5 ans, une formation dispensée par un organisme public ou privé (hors service d'ASE).

Dans les 2 cas, il doit résider en France au moment de sa déclaration.

Dépôt de la déclaration

La déclaration doit être souscrite auprès du greffier en chef du tribunal d'instance du domicile du déclarant compétent en matière de nationalité et, à Paris, auprès du pôle de la nationalité française de Paris.

Le jeune peut réclamer la nationalité française jusqu'à ses 18 ans.

À la date de sa majorité, s'il n'est pas né en France et ne remplit pas les conditions d'acquisition automatique de la nationalité française , il ne pourra devenir Français qu'en déposant un dossier de demande de naturalisation .

Avant les 16 ans de l'enfant, la personne exerçant l'autorité parentale sur un enfant recueilli, peuvent faire la déclaration au nom de l'enfant.

Dès l'âge de 16 ans, l'enfant peut faire la déclaration lui-même, sans autorisation parentale.

Pièces à fournir

Dans tous les cas

  • l'extrait d'acte de naissance de l'enfant,

  • tous documents établissant que l'enfant réside en France,

  • lorsque l'enfant est âgé de moins de 16 ans, les documents prouvant que son ou ses représentants exercent à son égard l'autorité parentale,

À ces pièces, le déclarant doit, selon sa situation, joindre les pièces complémentaires ci-dessous. Se renseigner auprès du greffe du tribunal avant de se déplacer.

Attention : tout document rédigé en langue étrangère doit être accompagné de sa traduction par un traducteur agréé (ou habilité à intervenir auprès des autorités judiciaires ou administratives dans l'Espace économique européen.

En cas de recueil d'un enfant par un Français

  • tous documents attestant que la personne qui a recueilli l'enfant est française (certificat de nationalité française, actes de l'état civil...),

  • tout document attestant que l'enfant a été recueilli en France et élevé par cette personne depuis au moins 5 ans.

En cas de recueil par l'ASE ou un organisme privé ou public français

  • tout document administratif ou la notification de décisions de justice indiquant que l'enfant a été confié au service de l'aide sociale à l'enfance depuis au moins 3 ans,

  • ou tout document attestant que l'enfant a été recueilli et élevé en France par un organisme public ou privé et qu'il a reçu une formation française pendant au moins 5 ans.

Enregistrement de la déclaration

Après remise des pièces nécessaires, le greffier en chef du tribunal d'instance délivre au déclarant un récépissé.

Le greffier en chef dispose d'un délai de 6 mois pour enregistrer la déclaration ou refuser de l'enregistrer .

À défaut de décision dans ce délai, la déclaration est considérée comme enregistrée. Une copie de la déclaration est remise au déclarant revêtue de la mention de l'enregistrement.

En cas de refus, la décision doit être motivée. Elle peut être contestée devant le tribunal de grande instance du domicile, dans les 6 mois qui suivent sa notification.

Voir aussi

Où s'adresser ?