Déclaration d'une cessation d'activité

Mise à jour le 04.08.2014 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Une société, un entrepreneur individuel ou un travailleur indépendant qui cesse son activité a de nombreuses démarches de déclaration à effectuer afin que sa cessation d'activité soit effective. La cessation d'activité d'une entreprise peut avoir de multiples raisons : départ en retraite, vente de l'entreprise, décès de l'exploitant, etc.

Radiation de l'entreprise

La cessation d'activité (ou déclaration de décès pour un travailleur indépendant ou un entrepreneur individuel) doit être déclarée dans les 30 jours suivant la fin de l'activité auprès du CFE dont dépend l'entreprise et auprès duquel le début d'activité avait été déclaré, que l'activité soit commerciale, artisanale ou libérale.

La déclaration peut se faire soit directement en ligne (voir les téléservices des CFE), soit au moyen d'un formulaire à envoyer au CFE concerné.

Le formulaire à utiliser (ou le téléservice) dépend du statut juridique de l'entreprise :

Cette déclaration entraîne la radiation de l'entreprise du RCS pour les commerçants ou du répertoire des métiers pour les artisans.

Par ailleurs, afin de faciliter la transmission des exploitations agricoles sans repreneur, l'agriculteur doit adresser à la chambre d'agriculture 18 mois avant l'âge requis pour la retraite une déclaration d'intention de cessation d'activité agricole-DICAA (cerfa n°14453*01).

Déclarations fiscales

Déclaration de résultat ou de revenu

Que l'entreprise soit soumise à l'impôt sur le revenu ou à l'impôt sur les sociétés, sa cessation d'activité entraîne l'imposition immédiate :

  • des bénéfices réalisés depuis le dernier exercice clos,

  • des bénéfices en sursis d'imposition (provisions constituées avant la cessation, plus-values dont l'imposition avait été différée),

  • des plus-values réalisées sur la vente des immobilisations.

La déclaration de résultats, imposés d'après le régime du bénéfice réel normal ou simplifié (pour une entreprise industrielle, commerciale, artisanale, minière, une exploitation agricole), doit être déposée dans les 60 jours suivant la cessation.

Le délai débute à partir de :

  • la publication de la cession du fonds de commerce dans un journal d'annonces légales,

  • la fermeture définitive du ou des établissements où l'activité était exercée,

  • la cessation effective d'une activité libérale,

  • la publication au Journal officiel de la nomination du nouveau titulaire de la charge ou de l'office, s'il s'agit d'une profession réglementée,

  • ou la prise effective de la direction de l'exploitation par l'acquéreur de l'entreprise.

Le formulaire de déclaration dépend du statut juridique de l'entreprise ou du travailleur indépendant :

  • pour une personne morale ou une société : la déclaration de résultats (imprimé n°2065)

  • pour une entreprise individuelle (commerçant, artisan, etc.) soumise à l'impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) : la déclaration de revenu en ligne ou au moyen du formulaire papier (imprimé n°2031)

  • pour une entreprise individuelle (profession libérale par exemple) ou une société soumise à l'impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices non commerciaux (BNC) : la déclaration de revenu (imprimé n°2035)

  • pour les bénéfices agricoles : la déclaration de revenu (imprimé n°2139)

Les éventuelles plus-values réalisées lors de la cessation d'activité, par une cession du fonds de commerce par exemple, sont susceptibles d'être exonérées d'imposition sous certaines conditions.

À savoir : si la cessation est liée au décès de l'exploitant, les héritiers ont 6 mois pour déposer ces déclarations.

Taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

La cessation d'activité entraîne le paiement de la TVA pour les redevables qui y sont assujettis.

Dans ce cas, doit être déposée une déclaration de TVA au service des impôts des entreprises dont il dépend, dans un délai de :

Taxe sur les salaires

En cas de cession ou de cessation d'activité, l'employeur est tenu de souscrire dans les 60 jours, et au plus tard le 15 janvier de l'année suivante, la déclaration annuelle de liquidation et de régularisation de la taxe sur les salaires.

En cas de décès de l'employeur, la déclaration doit être effectuée dans les 6 mois du décès et au plus tard le 15 janvier de l'année suivante.

Contribution économique territoriale (CET)

Concernant la cotisation foncière des entreprises (CFE), la date de cessation détermine les modalités d'imposition :

  • si l'activité est cessée au 31 décembre, la totalité de la cotisation due pour l'année de cessation doit être payée,

  • si la cessation de l'activité intervient en cours d'année, il est possible de demander au SIE une réduction de la cotisation au prorata du temps d'activité.

Il n'y a pas de déclaration annuelle de CFE à effectuer. Les établissements concernés reçoivent directement un avis d'imposition.

Pour la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), la déclaration de la valeur ajoutée et des effectifs salariés et la déclaration de liquidation et de régularisation doivent être adressées dans les 60 jours suivant la cessation.

La CVAE est due uniquement par les entreprises, ou personnes exerçant une activité professionnelle non salariée, qui réalisent plus de 500.000 € de chiffre d'affaires hors taxe, quel que soit leur statut juridique, leur activité ou leur régime d'imposition.

Cependant, toutes les entreprises dont le chiffre d'affaires est supérieur à 152 500 € doivent effectuer la déclaration de valeur ajoutée et des effectifs salariés qui sert à en déterminer la base d'imposition, même si elles ne sont pas redevables de la CVAE.

Déclarations sociales

Il est inutile d'effectuer une demande de radiation auprès de sa caisse d'assurance sociale, soit le RSI pour le travailleur indépendant qui cesse une activité commerciale, artisanale, industrielle ou libérale, soit la MSA pour l'exploitant agricole.

C'est en effet le CFE, auprès duquel la cessation d'activité a été déclarée, qui transmet l'information au RSI ou à la MSA. L'assuré reçoit dans les 30 jours une notification de radiation lui indiquant la situation de son compte (débiteur ou créditeur).

La procédure de radiation s'engage automatiquement à la date de la cessation d'activité. Le cotisant dispose de 90 jours pour déclarer ses revenus pour l'année de cessation et l'année précédente.

Les cotisations d'assurance maladie-maternité, d'allocations familiales et retraite de base font l'objet d'une régularisation, avec avis de paiement.

Parallèlement, l'assuré doit procéder à sa radiation au régime d'assurance vieillesse dont il dépend :

  • commerçant ou artisan : la cotisation provisionnelle est calculée jusqu'au dernier jour du trimestre au cours duquel a lieu la cessation d'activité (par exemple, pour une cessation intervenant le 15 janvier, le calcul est effectué jusqu'au 31 mars) et est régularisée sur les revenus de l'année de cessation d'activité,

  • profession libérale : la cotisation est calculée jusqu'au dernier jour du trimestre qui suit la date de la cessation d'activité (pour une cessation ayant lieu le 15 janvier, la cotisation est due jusqu'au 30 juin).

Où s'adresser ?

    • Impôts Service Ministère en charge des finances

      Par téléphone : 0 810 IMPOTS (0 810 467 687, coût moyen à 6 centimes d'euro la minute hors coût d'interconnexion éventuel de votre opérateur.
      Du lundi au vendredi de 8h à 22h et le samedi de 9h à 19h hors jours fériés.
      Hors métropole ou depuis l'étranger, composer le + 33 (0)8 10 46 76 87

      Par courriel : Poser une question à partir du site impots.gouv.fr : accès au formulaire de saisie

  • Urssaf Pour la déclaration de cessation d'activité d'une profession libérale Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss)

  • Chambre d'agriculture Pour la déclaration de cessation d'activité d'un exploitant agricole Assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA)

  • CFE
    Centre de formalités des entreprises